L’identité 


L’Identité de la personne :
L’Identité de la vie :
Il ne fait aucun doute que l’Identité,
Commence à la procréation de l’humain.
Dès qu’il est procréé son Identité se développe.
Comme le printemps entre par la fenêtre,
Ouvre-là bien grande.
Chaque rayon de soleil embaume
L’air d’un parfum particulier.
Ton parfum est celui de l’un deux,
Donne-lui la chance de pénétrer dans ton coeur.
Ne refuse pas, la lumière réchauffe, éclaire les ténèbres.
Le printemps est là ;
Illumine ta chambre !
Tu seras plus légère,
Emportés par les rayons,
À la découverte du vrai bonheur,
Du bonheur éternel.
Il suffit de croire, et tu l’auras.
Ouvre ta fenêtre, ouvre ton coeur. 
 
L’amour en soi ;
La plupart des gens ignorent ce qu’est l’amour.
Ils croient que le baiser symbolise l’amour,
En fait, cela est faux.
Chaque geste de notre corps exécuté avec grâce
Est un geste d’amour.
Le baiser n’est qu’un geste malicieux,
Ou d’Identité au regard de l’homme.
Tandis que la poignée de main est si signifiante,
Elle dénote la personnalité et l’Identité de celui qui la donne.
Elle a le pouvoir de trahir votre propre nature.
Toi qui reçois ma poignée de main,
Tu pourras voir mon Identité.
L’homme cherche et cherche encore,
Il est à la recherche du bonheur,
À la recherche de son Identité.
Où est-il ? 
 
Presque partout,
Les mauvaises herbes ont disloqué les dalles de marbre vert,
Si bien que le pied se pose sur un sol branlant.
Il s’agit de se montrer audacieux,
Comme si, la nature pouvait jouer un mauvais tour,
De perdre son Identité. 
 
À ceux qui cherchent une assurance,
Les paroles sont comme une fontaine dans le désert,
Après un long vagabondage
Ont trouvé son Identité.
Quoique prêts à partager pleinement les avantages temporaires
Et les joies éphémères de ce monde et, tout bonheur ;
La richesse et la paix de cette vie,
Qu’ils ne puissent jamais en perdre de vue Le caractère transitoire,
De son Identité.
Oublier que ce n’est qu’un stade très court de notre existence,
Que nous, ne sommes sur terre
Que de pélerins et des voyageurs
Dont chacun de nous avons sa propre
IDENTITE. 
 
 
Tiré du livre (Message de Paix à l’Homme)
Lucie Bertovic Sutera. 

L’humilité 

​​​​​​​

L’amour tend-il à l’humilité !
Se nourrit d’humilité.
Dans tout grand amour
Il y a une ébauche d’humilité.
Il faut paisiblement, patiemment,
Être sans complications,
Bref s’oublier soi-même.
Alors je te tiendrai dans mes bras,
Sur mon coeur.
Ouvre la porte de l’esprit,
De l’harmonie et de la paix.
Ouvre la porte de ton esprit,
Libère-toi.
Le temps qui passe emprunte l’amour et l’emporte
Au lieu calme pour penser
L’endroit du repos.
Avec humilité. 

 
Écris page 18 du livre (FIN A LA VIOLENCE)
Lucie Bertovic Sutera 







Esprit de lumière 

​​​​​​​

L’eau claire et pure,
Ce pain sec dont notre corps a besoin quotidiennement.
Aux nuits blanches, aux rêves noirs,
Je suis l’âme choisie, par l’esprit de lumière
Pour charmer, chanter, danser, ô cieux sereins !
À moi, l’éternel espoir de chasser le mal
Qui s’attaque aux petits enfants !
Le monde appartient aux anges,
Gardant le respect absolu.
Splendides, glorieux ou furieux,
Ils se battent contre le mal, fou, mais joyeux.
Dissipe soudain, en mille étincelles Les âmes méprisées.
Mais toi, dans ta lutte, tu rayonneras !
Garde ta langue du mensonge et de la calomnie,
L’épine méchante fera jaillir, le sang de ton cœur.
Comme un pêcheur qui hait la faute,
Sois humble, simple, n’aie pas honte de la pauvreté.
Ton ange gardien étend sur toi
Joyeusement ses ailes de la victoire. 

  
Lucie Bertovic Sutera. 




​​​​​​

A l’homme venu du sud

​​​​​​​
Ma tendresse envers toi et grande
Ce visage généreux combatif,
Conseillant à tes enfants d’être généreux, vertueux.
De ta bonne éducation, tu m’as forgée,
Tu m’as instruite dans l’école de la vie.
Quand je regarde autour de moi
Personne ne te ressemble,
Pas facile, de ce cherché en toi.
Dans toute une vie,
Tu nous apporte tant et l’on s’oublie, de jour et de nuit.
Avec de mots simples,  
Mais aussi tant de maladresse non voulue,
Pour cet homme venons du Sud.
Je n’ai su que pleurer sous les draps,
Dans la quête de mes souvenirs.
J’écrivais des poèmes.
Pour moi, la tendresse se conjuguait au destin.
Je me souviens de tes paroles,
Perdu et désarmé par le mystère,
Le pathétique d’une vie entière,
Des émotions incontrôlables.
Une vie continue d’homme du Sud,
Malgré une fin trop rapide.
Tu es le symbole de la dignité.
Toi a qui le travail ne faisait pas peur.
Tu partais tous les soirs le sac en bandoulière,
De la fenêtre de la cuisine je te regardais t’éloigner d’un pas régulier
Qu’il pleuve, qu’il vente, ou importe le temps qu’il faisait.
Pour t’enfoncer dans la terre profonde
Plus de lumière, pour seul éclairage cette petite lampe accrochée à ton casque de mineur.
Seul dans une éternelle nuit creusant la roche,
Corps et visage recouvert de poussière noire,
Le mineur est fier de son dur labeur.
Plongeant dans le cœur de l’obscurité,
Avec ton seul casque pour t’éclairer
Il te fallait ramper, sans mot dire, tu piochais.
Le charbon ta brisée,
Mais l’hiver venu, sa chaleur nous a sauvés.
​​​​​​​C’est aux enfers que tu descends
Suffocant dans la poussière

​​​​​​​

Pensons à tes amis qui sont resté emmurés
Dans les tailles pour l’éternité,
​​​​​​​Par un coup de grisou, ou une inondation.
Oubliant ce que fut la misère
Toi l’homme venant du Sud
Ou le soleil et la mer se mélange
Et parfume l’air d’une odeur de fleur.
Au nord le vent secoue la bruyère
Ton souffle cassé,
Le charbon coule dans tes veines.
Le seul plaisir était le jardinage,
Ce besoin d’air et de lumière.
Le dimanche tu allais jouer au tiercé au café du village,
Ou tu retrouvais tes frères, tes amis du fond.
Tu buvais un café schnaps, 
Tout heureux d’avoir échangé quelques pronostiques
Sur les chevaux que tu avais choisis.
Sans oublier en rentrant de passer au boulanger
Pour nous ramener un gâteau à la crème.
Quand je regarde les vieilles choses du passé,
Mon esprit vagabonde dans un monde de souvenirs ;
Je revois les images de ma jeunesse.
Toi qui viens d’une île Marbrée de bleu.
D’une méditerranée qui ne sera jamais que lumière,
D’une mer de paix.
Où, il était une fois on parlait
Latin, Grec, Arabe, Hébreu,
Cette île historique riche d’histoire et de soleil.
L’odeur du jasmin, du basilic
Ainsi que ce de l’oranger et du citronnier
Embaume villes et villages.
A perte de vue les cactus portant les figues de barbaries,
Fruits sucrés comme le miel.
Pénible fut ta vie et ton travail, toi le mineur de fond,
Toi le Sicilien l’homme du Sud.
Ton esprit du sud, ne pût se développer au Nord.
Tes pensées étaient toujours dans cette île du Sud.
Ou ton âme et ta pensée y était resté à jamais.  

A LA MÉMOIRE DE MON PÈRE. 


​​​​​​​



Le rire


Le rire, fait partie de la vie. Rire est aussi santé.
Les personnes qui ont de la joie de vivre donnent du positive et du sourire aux personnes qui sont autour d’eux.
Mais que pouvons-nous dire sur le rire : qu’il est indispensable à l’être humain. Il y a des milliers de façon pour provoquer le rire.
​​​​​​​Molière quand il a écrit sur les "Précieuses ridicules" dit, sur le ridicule que c’était de : "L’esthétique, ou une métamorphose du comique. "
L’abbé Pierre disait : "Un sourire coûte moins cher que l’électricité du mois et donne autant de lumière."
Rabelais a écrit : "Le rire et le propre de l’homme. "
La joie de vivre ne se vit pas à grand fracas. Elle est intérieure.
Un éclat de rire, c’est une poussière de joie qui fait éternuer le cœur. L’instant présent est un clin d’œil d’amour du moment.
Rire à en pleurer – Rire à en mourir – Rire de tout cœur – Rire à chaudes larmes – Rire par amour de rire – Rire, rire pour vous pour votre bien être.
Rire fait partie de l’homme.
Comme au cirque, le clone fait rire les spectateurs. Son maquillage cache sa vraie personnalité, nous ne savons pas quelle tristesse se trouve derrière ce masque. Pour le clone il est important de rire, et de faire rire. Le rire est un communiquant à la joie. 

Rire ne s’apprend pas. C’est inné chez l’espèce humaine. On peut approfondir le rire. Le rire nerveux pour éviter la panique. 
 
Le fou-rire qui est incontrôlé. Rire sans raison, que pour le plaisir de rire. Le rire est très bon pour la santé, ça aide la circulation sanguine, ainsi que la digestion.
C’est prouvé, une personne gaie (joyeuse) guérie plus vite qu’une personne triste.
Rire libère des anxiétés, angoisses diverses et, a aussi un rôle libérateur apporté par le rire qui, protège nos défenses immunitaires.
Une personne optimiste lui, ira plus vite vers la guérison alors qu’une personne pessimiste ira plus vite vers la dépression. 
 
LE RIRE est une forme de bonne santé 
 
LE RIRE est une expression de communication joviale. 
 
LE RIRE est une expression, de joie de vivre. 
 
LE RIRE est une harmonie de la nature, tout comme pleurer est une forme d’expression de souffrance. 

​​​​​​​
Une petite histoire : Un petit garçon de six ans. 
 
Benoît, dit papa, tu iras dire à l’instituteur que tu viens d’avoir
deux petits frères et que, tu n’iras pas en classe demain.
J’aurai besoin de toi pour faire des commissions.

Oui, dit Benoît, mais je dirai que j’ai seulement un petit frère.

Papa – Et pourquoi cela ?

​​​​​​​Benoît – Je garderai l’autre pour la semaine prochaine. 

​​​​​​​
Une autre petite histoire : 
 
Cyril : Un petit garçon de quatre ans : Son père est médecin.
Un jour, un voisin lui demande : Comment s’appelle ton père ?

Je ne sais pas monsieur. Mon père a plusieurs noms.
Quand nous sommes seuls, ma mère lui dit « Paul »
Quand il y a d’autres personnes chez nous, elle dit « mon mari ».
Mon oncle dit « mon vieux ».
Les visiteurs appellent mon père « docteur ».
Mais moi, je dis simplement « papa ».    

​​​​​​​
Des histoires pour rire il y en a des centaines de milliers, c’est agréable de les écouter.
La joie de rire succède souvent à la tristesse.
Sème le bonheur et le rire dans ta vie, ceux qui t’entoure s’épanouiront dans la joie.
Rire, sourire est une charité. Sourire c’est si facile et cela arrange tant de choses ! 

Ecrire le rire - Ce qui est JUSTE ET BON. 
 
Eloigne-toi du feu quand il éclate, tu peux te brûler.
Les justes sont trop peu nombreux dans ce monde en colère :
Soyez courageux, ingénieux et tenace, cela vous aidera à compenser les risques de la vie.
Cherche tes faiblesses, sinon tu posséderas une arme terrifiante.
Sors donc et lance-toi dans l’action.
Suis la voix de ton cœur.
Donne-la librement, à tous les peuples,
Vis dans l’amour
Et ouvre le portail à la félicité
De tes frères du monde.
La clé du portail de la vie, du bien-être c’est toi qui l’as.
L’amitié est vaste et variée,
Il n’y a pas d’étrangers,
Même quand ils sont chacun d’un côté de la planète.
Dans une vie de fraternité,
Il n’y a qu’un langage,
Le langage universel,
Celui du cœur,
Celui de l’amitié.
Celui du sourire.
Celui du rire.
Le rire le langage d’une vie sans agressivité.
Une vie légère, pleine de plaisanterie, tout en gardant ses responsabilités. 
 
Lucie Bertovic Sutera. 


​​​​​​​


La tendresse humaine  

​​​​​​​

La tendresse humaine doit être sacrée,
Partout, toujours, en nous.
Elle reste le seul lien avec le cœur,
L’amour tendre.
La tendresse humaine, partout toujours.
Elle reste le seul sentiment capable de nous sortir de notre égoïsme…
La vie est un engagement de cesser sans tarder de mener une vie,
si peu conforme au respect que,
Chacune de vos créations se doit à elle-même.
Le silence est plus digne ;
Et durant ce temps béni,
Il convient de se purifier par l’eau.
Soyez bénis, pour votre amitié et votre courage !
Je n’ai pas l’intention de vous aider à braver les lois,
Mais tout au contraire, à travers une solution qui,
Vous permet de les avoir avec vous ;
Pour sauver cet amour. 
Simplicité et exigence,
Est déjà une élévation de la loi de l’enseignement.
Le pouvoir sur le corps signifie,
Clairement le pouvoir sur l’âme.
Mon appel à l’amour est universel pour le salut de tous les hommes.
Vous êtes tous cordialement invités.
Dans le présent
Tu aimes aujourd’hui pour mieux aimer demain.
Devenir une âme de désir, et de tendresse. 




Écrit page 12 – de mon ouvrage FIN A LA VIOLENCE




Toi mon rayon de soleil


La nature est belle pour qui la voit,
Regarde le ciel, il te voit.
Toi la lumière de mon cœur.
Créé un monde nouveau,
Comme un gardien de la terre
Chante tout doucement dans un pré fleurie,
Que rougit un soleil soudain
Une lumière arrose la nature.
Tu sentiras la fraîcheur à tes pieds.
Sillonnes gaiement l'immensité profonde de la terre.
L’horizon de ta vie.

De Nonna qui t'aime au-delà de l'infini.



La vie 

 
La vie est le plus beau cadeau que Dieu pouvait nous faire.
L’expérience de chacun prouve à l’évidence que la vie est une épreuve.
Lavons-nous les mains et installons-nous autour de la table Divine.
À ceux qui sont perdus,
La clarté de la lune suffira à leur faire connaître le chemin.
Un petit rayon de lumière demeure toujours au fond de leur cœur.
Quoi qu’il arrive dans la vie, et…
Cela suffit pour prendre le chemin que Dieu nous a tracé.
Il serait grand temps ! 
 
Tiré du livre (FIN A LA VIOLENCE) poésie. 
 La clarté

Pensons que le temps passe,
Et que nous faisons rien pour nous sauver
Nos âmes à la dérive, nous croyons que le temps
Ne passe que pour les autres ;
Et pour nous ?
Nous sommes déjà demain.
Éclairons notre esprit,
Afin de voir le chemin déjà parcouru
Et celui qui reste à parcourir,
Pour éviter la répétition des erreurs du passé, de Dominer la colère
qui est en nous,
D’apprendre à se maîtriser.
Que de bonheur quand cela est mis en pratique !
Aimons-nous, les envies passent,
L’amour reste.
Il est déjà demain.
Ouvrons nos yeux sur la douceur Éternelle. 


Mon petit ange


Au bord du chemin
Poussent des fleurs
La sagesse de l'esprit
C'est d'être fou de bonheur
A la lumière du jour.
La lourdeur du temps
Piétinant légèrement l'herbe verte
Sous tes pas effleurant la nature
La paix dans ton cœur,
La paix sur terre
La grandeur de ton âme
De même ta grande bienveillance.
La fraîcheur de l'air sent les parfums des prés
Accroche une étoile à ton carrosse et parsème les graines de la sagesse sur terre.
De Nonna qui t'aime au-delà de l'infini

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience et recueillir des statistiques sur les utilisateurs. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez cet usage de cookies